Décès Dr Max-André DOPPIA Prdt AH et vice Prdt CPH

 

Décès du Dr Max-André Doppia,

 

syndicaliste engagé contre la souffrance

 

au travail des médecins

 

Jean-Bernard Gervais

MEDSCAPE 15 novembre 2017

Dr Max-André Doppia

Paris, France — De manière tout a fait brutale et subite, le Dr Max-André Doppia, 64 ans, président de l’intersyndicale Avenir hospitalier, est décédé ce 13 novembre, des suites d’un accident vasculaire cérébral survenu en fin de semaine dernière. Anesthésiste-réanimateur au CHU de Caen, par ailleurs vice-président de Action praticien hôpital, et membre du CFAR et de la SFAR, Max-André Doppia avait fait ses études de médecine  à l’AP-HP, au Kremlin-Bicêtre. Il avait présenté sa thèse en 1983 et avait ensuite réussi le concours de praticien hospitalier en 1985. La même année, il avait adhéré au syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs (SNPHAR) créé en 1984, qui devait devenir, sous son impulsion, le SNPHAR élargi (SNPHAR-E) en 2009, afin d’accueillir des praticiens hospitaliers de toutes spécialités.

Dénonciation de la souffrance au travail des médecins

Max-André Doppia s’était particulièrement investi dans la dénonciation de la souffrance au travail des médecins. En 2007-2008, il avait piloté, avec le Dr Madelyne Estryn-Behar, l’enquête de santé et satisfaction au travail des médecins au travail (Sesmat), qui faisait suite à l’enquête PRESST-NEXT de 2003-2004 consacré aux soignants. Déjà, les résultats de cette enquête faisaient apparaitre chez les médecins un risque de burn-out dû à l’épuisement professionnel, les relations tendues avec l’administration, la violence de la vie hospitalière.

A l’origine de la création d’Avenir Hospitalier

Max-André Doppia, en compagnie de Nicole Smolski, mais aussi de Michel Dru, avait été à l’origine de la création d’Avenir Hospitalier en 2011, après que le SNPHAR-E a été exclu de l’INPH, une intersyndicale dont il était membre fondateur. Réunion de trois syndicats (SNPHAR-E, Syngof, SMH), Avenir hospitalier a également accueilli le SNGC en 2014, Samu Urgences de France en 2015, le SJBM en 2017.

En 2015, Avenir hospitalier se rapprochait de l’intersyndicale CPH, et créait ensemble une nouvelle intersyndicale Action praticiens hôpital. Max-André Doppia devenait par ailleurs vice-président d’Action praticiens hôpital, et président d’Avenir hospitalier en 2016.

Initiateur, cette année, de la campagne « Dis Doc, t’as ton doc ? »

Constant dans ses engagements, Max-André Doppia avait participé à de nombreux projets, actions, publications ayant trait à la souffrance au travail. En 2015, il avait créé l’observatoire de la souffrance  au travail des praticiens hospitaliers, avec le SNPHAR-E. La même année, il avait également participé au pilotage du Rapport qui pique, une vaste enquête sur la souffrance au travail des praticiens hospitaliers, et plus largement au mal-être hospitalier. Il était aussi l’initiateur, plus récemment en 2017, de la campagne « Dis Doc, t’as ton doc ? », afin d’inciter les médecins à se faire suivre par un médecin traitant (nous l’avions interviewé à cette occasion, voir article). Enfin, il devait présenter le 16 novembre « l’Observatoire de la Souffrance Au Travail des PH : un nouveau service intersyndical d'APH, à la disposition des praticiens hospitaliers ».

Engagement, disponibilité, enthousiasme

À peine son décès connu, des hommages de l’ensemble du monde hospitalier lui étaient rendus. « Personnalité éminente et reconnue du syndicalisme médical, il aura marqué chacun de ses interlocuteurs de son engagement, de sa disponibilité, de son enthousiasme, de son travail incessant auprès des valeurs qui le caractérisaient et rassemblent le SNPHAR-E », écrivait Nicole Smolski, au nom du SNPHAR-E. « Depuis de nombreuses années, Max était très investi dans de nombreux sujets professionnels et syndicaux hospitaliers où sa passion et son enthousiasme faisaient merveille, et en étaient le moteur », témoignait Jacques Trévidic, président de la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH). Sur Twitter, le Syndicat des managers publics de santé (SMPS) reconnaissait en Max-André Doppia « un professionnel et syndicaliste passionné, ouvert et constructif ». L’Isnar-IMG, le SNIA, le SPH faisaient également part de leur émotion sur le réseau de micro-blogging. Quant à Max, son dernier tweet, daté du 5 novembre dernier, était consacré à défendre les salles de garde, en butte à l'hostilité de l'administration.

 

Adieu, Max.

Liens

Actualités Medscape © 2017  WebMD, LLC

 

--- Autre article

Nathalie TRAVADON.

Anesthésiste-réanimateur au CHU de Caen, il était engagé syndicalement depuis des années. La ministre de la santé a salué son engagement.

Le Dr Max-André Doppia, anesthésiste-réanimateur au CHU de Caen, président d’Avenir hospitalier et vice-président d’Action praticiens hôpital est décédé samedi 11 novembre 2017 des suites d’un accident vasculaire cérébral. Il avait 64 ans. Très engagé au niveau syndical, il était mobilisé, entre autres, sur la souffrance au travail et le burn-out.

Dans un communiqué, Agnès Buzyn, ministre de la Solidarité et de la Santé a rappelé qu’il avait récemment contribué à la campagne de prévention « Dis doc, t’as ton doc » visant à améliorer la santé des professionnels de santé au travail en les incitant à se faire suivre par un médecin traitant.

« Au sein du ministère, comme dans le paysage syndical français et parmi ses pairs, sa gentillesse et son énergie resteront dans l’esprit de chacun, à l’instar de son engagement passionné au service de ceux qu’il représentait » , a conclu la ministre.

 

Dr Joël Cucherousset

Président du CNPHG

 

Article publié le 18 nov 2017